15/11/2007

Coûte que coûte

Peut-on se satisfaire de la routine, de la course nonchalante des jours, de la seule superficie des choses ? En ce qui me concerne, je ne le peux pas. Et j’en souffre.

Car je crains, en dépit de toutes les assurances des philosophes, des religieux, des gourous, que derrière l’apparence, le revêtement coloré des acteurs et des décors, se tapit le vide — indifférent et fruste.

Et pourtant, on ne dispose que de cette apparence, de cet instant immédiat, de cet interface. Et il faut s’en contenter coûte que coûte.

15:20 Écrit par Hermes007 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.