18/12/2007

Vis-à-vis

Evidemment, dans le train, je préfère que vienne s’asseoir, à côté ou en face de moi, une jolie blonde ou une belle brunette aux proportions bien respectées, aux manières avenantes, raisonnablement maquillée et qui plus est avec laquelle je pourrais, le cas échéant, engager la conversation — en mettant mon livre ou mes feuilles et mon « roller tip pen » de coté.

C’est préférable, vous en conviendrez, à une matrone qui d’un coup de fesse pourrait m’éjecter sur le bord de la banquette, d’un carré de joueurs de cartes qui viendraient occuper stratégiquement le compartiment, d’une invasion de bruyants « habitués » que je voudrais fuir comme la peste, d’un molosse près duquel j’apparaîtrais comme chétif et rapetissé.

J’ai déjà constaté que lorsque se réalise la première hypothèse (la jolie blonde, la belle brunette — mais ne soyons pas limitatifs, aussi l’accorte rousselette) ma journée commence beaucoup mieux, plus détendue, plus sereine et se déroule ensuite avec plus de vivacité.

J’imagine que doivent se mettre en œuvre dans cette mise en scène ou cas de figure, les fameux « phénomènes chimiques » dont on parle tant dans les traités savants sur les relations amoureuses et humaines.

00:04 Écrit par Hermes007 | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

Tellement vrai... Hihihi! C'est tellement vrai...

Écrit par : Gaëtan | 19/12/2007

Scan d’un blog Cher Hermes007,

Je survole votre site et constate que nombreuses sont vos obsessions : les blondes, les brunes, les rousses, à condition qu’elles soient jeunes et belles, les élèves tricheurs, les épicuriens poètes tels que Théophile, les livres quels qu’ils soient, le filtre littéraire (à condition qu’il réponde à votre définition personnelle), les clins d’œil historiques, les paradoxes, les comparaisons originales, les interprétations du réel visible, les narcissites incurables à condition qu’elles soient d’appellation contrôlée, l’interprétation personnelle des faits d’histoire, le tango-aventure, la mystification (pas méchante, cependant), entrer à petits pas dans la grande l’histoire, les extra-terrestres, la mythologie (à condition qu’elle vous attribue un rôle majeur)…

Vous n’aimez pas trop les femmes trop seules qui assument, les grosses dames, les joueurs de cartes, les armoires à glace, le chaud et le froid, les polémiques qui vous égratignent, le temps objectif, la routine, les claquettes (Dieu sait pourquoi !), les soap-opéra plus vrais que nature, les militaires…

Entre deux eaux : les profs de gym (en piscine !), l’ennui dans le sens qui vous convient selon les circonstances (au sens banal ou métaphysique dixit Hermes007), les technologies trop accaparantes (GSM ou ordinateurs portables), les gens qui s’agitent autour de vous, les coiffeuses écervelées et bruyantes, les prophéties…

Finalement je viens de faire avec vous un tour du monde littéraire. Comme votre Hermès, vous avez, semble-t-il plusieurs cordes à votre arc. On peut s’en amuser (à condition bien sûr de ne pas en être la cible directe).
Les étapes sont variées, hétéroclites, parfois banales, souvent originales.
Mais ne péchez pas par vanité, ne vous obligez pas à pondre chaque jour un nouvel œuf.
Distillez votre érudition à doses mesurées, voire homéopathiques et notre plaisir de lecteur restera constant.

Saravati

Écrit par : Saravati | 20/12/2007

si les idées fusent et que l'envie de les partager est quotidiennement renouvelée, pourquoi devrait-il s'en priver?
personnellement mon plaisir de lecteur est toujours aussi vif et jusqu'à présent je ne m'ennuie pas, c'est pour ça que je reviens ici.

Écrit par : clelia | 21/12/2007

Cher Hermes 007,

Je suis blonde,jeune,on me dit jolie et j'ai déja eu l'occasion de voyager à vos côtés.
Ce fut un plaisir. Vous avez une telle érudition qu'on ne s'ennuie pas un seul instant et cela rend le voyage bien plus court!De plus vous êtes amusant et plein d'humour. Vous pouvez aussi faire preuve d'écoute et de compréhension face aux soucis des autres.
Je suis heureuse d'apprendre que de votre côté ma présence vous a peut-être, j'ose l'espérer , rendu la journée plus belle!
Vive les réactions chimiques, le tango et l'attrait entre les hommes et les femmes et tant pis si d'autres( jalouses?) vous critiquent ..
Je recommencerai volontiers l'aventure si le hazard nous met un de ces quatre en présence.

Jolie blonde assez bien proportionnée , pas trop maquillée et pas idiote du tout

Écrit par : Jolie blonde. | 21/12/2007

Réglements de comptes en famille?

Joyeux Noël à vous.
Bisou tout particulier à Jacqueline...

T.

Écrit par : T. | 23/12/2007

Cher T. (c’est de saison avec l’inflation ambiante) Si j’étais celle que vous croyez que je suis, je ne manquerais pas d’être intriguée, j’analyserais votre message, et verrais transparaître quelques pistes fragiles. Je mènerais ma petite enquête autour de moi, sans véritable conviction, je l’avoue.

Sous votre masque, c’est vous qui voulez me démasquer . Je ne polémiquerai pas sur les « qualités » qui vous m’attribuez de manière ironique : mes intentions sont pures et plutôt dans le sens d’une émulation réciproque avec le créateur du blog, quelque soit la relation que j’aie avec lui.
Garder l’anonymat est mon gage de liberté d’expression.
Rien de personnel ne se détecte dans mes commentaires, du moins c’est ainsi que je l’ai voulu. Trop d’assiduité peut-être vous ont mis sur une piste ? Vraie ou fausse ? Vous me semblez bien sûr(e) de vous.
Ai-je l’heur de vous connaître ?
Ah, j’aimerais appartenir à cette famille de blogueurs que vous semblez si bien connaître.
Les indices que vous m’envoyez sont bien minces, reconnaissez-le, à part « à la semaine prochaine » (et à condition, je le répète, que je sois celle que vous croyez que je suis) — cette semaine est passée et comme sœur Anne, je n’ai rien vu venir, mon horoscope a sans doute failli — que pouvez-vous m’offrir ? Une famille où l’on règle ses comptes à coups d’épées littéraires ?
Belle perspective de convergences de centres d’intérêt !
J’aimerai cependant mettre un nom sous votre peut-être faux(sse) « T. »
Les énigmes jamais résolues finissent par mourir oubliées.
Trêve de marivaudage et, dans un autre registre, trêve de Noël que je vous souhaite joyeux !

Saravati

Écrit par : Saravati | 24/12/2007

Les commentaires sont fermés.