04/01/2008

La culture, une sorte de photo d’identité

La culture signifie-t-elle en premier lieu et principalement mettre à la disposition du peuple (de la population, du public) un certain nombre de réalisations artistiques et certaines connaissances qui serviront ainsi à tous de référence ? Oui, certainement.

La preuve en est que tous les mouvements à caractère politique, social, religieux, artistique… prônent directement ou indirectement une « conception » de la culture qu’ils tentent d’imposer frontalement ou de manière insidieuse.

L’Eglise chrétienne avait, au début du Moyen Age, écarté ou détruit les éléments de la culture gréco-romaine qu’elle n’avait pas intégrés dans sa vision du monde.
Les nazis exécraient l’« art dégénéré ». Le communisme avait banni l’art dit « bourgeois ».
Le futurisme voulait mettre au rebut tout ce qui lui semblait passéiste (y compris le clair de lune et les canaux de Venise — qu’il aurait fallu combler), en fait tout ce qui n’était pas l’expression du monde moderne façon début du 20e siècle.
L’Islam interdit l’art figuratif visant l’image de la divinité et la représentation des êtres humains.
Notre culture occidentale d’« usage » reste liée à un environnement et une finalité consuméristes (hit-parades, meilleures ventes, records d’affluence, modèles rockers ou mannequins…).

Chaque société, chaque groupe humain a besoin de référents. C’est le noyau dur de la culture. Mais les frontières de ce noyau ne sont pas stables ni imperméables.
De ce noyau partent des liaisons qui conduisent vers l’Ailleurs, l’Autre, le Différent, la Terra incognita. C’est le renouvellement possible. C’est le sens de la « création culturelle ».
Ce noyau a un rapport étroit avec l’« identité » qui n’est elle-même jamais quelque chose de définitif ni de figé.
La culture, d’une certaine façon, est une sorte de photo d’identité (ou mieux, une série de photogrammes d’identité).

13:47 Écrit par Hermes007 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.