23/02/2008

Panem et circenses (du pain et des jeux)

Internet qui court-circuite les Majors et tous les intermédiaires de création, de diffusion et de vente des produits culturels est en train de révolutionner notre approche de la culture et des produits culturels.

Mais ce qu’on loue pour l’ailleurs — parce qu’il permet de contourner les barrières élevées par des Etats liberticides (il faut encourager, nous dit-on, la circulation des idées et des produits culturels !) — est voué, par contre, aux gémonies, ici en Occident.

Internet est accusé, dans nos pays, de remettre en cause les certitudes financières et de rentes de situation de certains milieux culturels.

Cependant, de nouveaux concepts (comme le financement alternatif par la publicité) sont en train d’être élaborés et expérimentés, des contenus (des plus sérieux aux plus farfelus) sont rendus disponibles en ligne avec accès gratuit, généralement d’une manière légale. Les exemples sont nombreux : bibliothèques digitales, encyclopédies diverses, archives de journaux et de revues.

De nouvelles « institutions », comme le partage en ligne (style You Tube) et autres blogs, enfoncent les dernières barrières rendues inefficaces par la souplesse et la volatilité même du réseau. Et cela, malgré des résistances outrancières, comme l’allongement du droit d’auteur de 50 à 70 ans (après la mort de l’auteur) !

Nous vivons, en effet, dans une société qui prône le « nouveau », l’affirmation individuelle, la « jouissance immédiate » (et à répétition), dans tous les domaines.

Les produits culturels n’ont plus, faut-il le préciser, le même statut ni la même valeur que jadis. Ils font partie maintenant d’un « tourbillon médiatique » que la digitalisation autorise à outrance grâce à l’annulation du coût — ou, du moins, à la réduction à la stricte valeur de confection — des produits culturels.

Notre société est déjà de fait une société du showbiz. Internet va l’officialiser, mais à la manière antique, me semble-t-il : nous ne sommes pas loin de remettre en vogue la formule romaine : panem et circenses.

00:08 Écrit par Hermes007 | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

C'est tout à fait ça Je suis entièrement d'accord avec vous. Ou allons nous?
Nous sommes à peu près du même âge. Mes enfants ont lu votre blog . Ils le trouvent ennuyeux... Nous sommes dépassés mon bon ami! Vous comme moi!
Panem et circenses, oui, oui!
Il nous reste la poésie?Qu'en pensez vous
Je vous envoie un poème que j'ai écris tout récemment.
auriez vous l'amabalité de me donner votre avis? au sujet de ce premier jet?

" Au beau milieu d'une mare d'hypocrisie
tes yeux s'ouvrent et soudain pétillent
Je saisis, avide les bulles de sincérité qui rebondissent inopinément
dans ce tourbillon confiant qui n'appartient qu'à nous

D'aucuns se sont étonnés de ton absence ...pas moi.
J'ai compris l'orgueil , j'ai compris la vexation, j'ai compris la pénitence

Je te vois comme un prisonnier qui a tenté une échappée( belle assurément) et qui la peur au ventre, de plein gré, s'en est retourné derrière les barreaux de sa prison familière.

Quelque part deux petits anges tristement ont replié leur arbalète ....
"

Merci


Marie-Eve


Écrit par : Marie -Eve | 26/02/2008

Je vous remercie pour votre commentaire et je ne suis pas troublé par ce que vous me dites. Bien sûr à l’aune des autres sites personnels le mien doit paraître bien ennuyeux : pas de liens vers « you tube », pas de petits cœurs clignotants, pas de couleurs fluo, pratiquement pas d’illustrations, pas de clips, pas de musique de fond et j’en passe…
Soit. Mais c’est ainsi.
En ce qui concerne votre texte, je ne souhaite pas faire un commentaire en ligne. Par contre, si vous me communiquez une adresse e-mail, je pourrais vous adresser quelques réflexions que m’inspire votre poème.

Écrit par : Hermes007 | 28/02/2008

Les commentaires sont fermés.