15/03/2008

Les deux histoires

Dans notre vie il y a au moins deux histoires qui s’entrelacent.

Notre histoire qu’on pourrait appeler positive ou « réalisée » ou « figée » ou « actuelle » : c’est celle dans laquelle nous sommes engoncés. Et puis une deuxième histoire plus ou moins déconnectée de la première qui nous hante à des degrés divers.

La première témoigne de notre vie officielle, atteste les diplômes obtenus, les réussites certifiées, les échecs patentés. Cette histoire se distingue par des paramètres, des principes, des gardes-fous, des périmètres étalonnés, précis, claironnés.

La deuxième histoire, par contre, ne dispose d’aucune certitude, fonctionne suivant des principes aléatoires, ressemble à des miroirs déformants (repères fuyants). Dans cette seconde histoire, nos rêves, nos frustrations, mais également nos projections, notre capacité à « créer » le monde règnent sans partage.

Cette « dualité » nous anime et nous permet de « rebondir » en prenant appui tantôt sur l’une tantôt sur l’autre histoire.

Dans certaine circonstances, un grand écart entre les deux histoires peut nous être fatal (échecs, grave dépression, maladie, suicide).

13:38 Écrit par Hermes007 | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

italien: supérieur au français: enfin la vérité sur le français, etc.:
http://francais-langue-idiote.skynetblogs.be

Consultez aussi régulièrement le métablog http://justitia-veritas.skynetblogs.be (105 blogs), dont un sur l'italien supérieur au français

Écrit par : Vix | 19/03/2008

s'unifier..... L'idéal ne serait-il pas de tenter de faire coïncider un maximum les deux histoires... de s'unifier en quelque sorte ? Qu'en pensez vous?
Vos textes sont très bien écris .
Comme vous dites les choses!!! Je m'y retrouve bien que votre vision , vos lunettes je dirais, me paraissent bien sombres quelques fois.

Merci pour ce partage

Claire

Écrit par : claire | 19/03/2008

pour répondre à claire Je ne pense pas qu'il s'agisse d'un regard sombre , mais plutôt au contraire, d'une certaine lucidité face à la réalité, sans fard ni fioritures.
Je remercie l'auteur qui nous ouvre les yeux, justement!

Écrit par : mathilde | 22/03/2008

Réponse à Vix Merci pour votre message. Mais je ne me prononcerai pas sur la « supériorité » d’une langue sur une autre. Je me contente de les utiliser. Car je pense que chaque langue a son génie propre. Chaque langue dispose de possibilités spécifiques. Les langues telles qu’elles existent sont le résultat d’un long processus historique avec tous les aléas que cela comporte. Il est clair, par exemple, que l’italien qui est resté plus proche du latin, a pu garder une graphie latine quasiment inchangée alors que le français qui a subi une évolution phonétique plus intense a dû composer avec l’orthographe.

Écrit par : Hermes007 | 03/04/2008

Réponse à Claire et à Mathilde Merci pour vos interventions. Peut-on faire coïncider les deux histoires ? Cela pourrait sembler un objectif. Parfois ça peut l’être. Parfois les deux histoires se rejoignent. Mais se rejoignent-elles vraiment ? A quel prix ? Dès lors qu’une réalité se forme, assurément elle en efface d’autres… Je ne crois pas que les deux histoires aient vocation à se rejoindre. Imaginons-les comme les deux joueurs d’une partie de tennis qui se renvoient la balle. L’unification des deux histoires n’est-ce pas la fin de la partie ?
Sans doute mon regard peut-il paraître sombre. Mais la réalité m’apparaît à la fois tragique et facétieuse. Ma vision n’idolâtre cependant ni la déséspérance ni l’enthousiasme béat. Voilà pourquoi je reste, malgré tout, modérément optimiste.

Écrit par : Hermes007 | 03/04/2008

Un bonjour de Tournai Bonsoir Archangelo

Je suis tombé par hasard sur ton blog. Si nous commes proches géographiquement je crois que nous le sommes aussi par la pensée.
Je vais revenir sur ton blog, c'est sûr.

Avec mes salutations tournaisiennes.

GUY

Blog Yahoo : http://fr.360.yahoo.com/agetospartaseuandro
Blog Skynet : http://rauguy.skynetblogs.be
Blog Vox : http://guydemotspassants.vox.com/

Écrit par : GUY | 13/04/2008

Les commentaires sont fermés.