18/04/2008

Ernest Hemingway, un criminel de guerre Prix Nobel

On savait que l’auteur du roman « Le vieil homme est la mer » et de l’« Adieu aux armes » était un aficionado de la tauromachie et de la mise à mort des taureaux. On a longtemps occulté sa passion pour la mise à mort des humains, aussi.

Dans deux lettres (datées de 1949 et 1950), Ernest Hemingway confesse avoir tué, pendant la seconde guerre mondiale, 122 prisonniers de guerre allemands désarmés et notamment un jeune homme de 16 ans.

La guerre ne peut pas tout justifier.

Alors que sur les paquets de cigarettes on imprime la formule « Fumer tue », on devrait de même indiquer dans les préfaces de certains livres : « Cet écrivain est un génie mais c’est aussi un criminel ».

Pour certains écrivains réprouvés, je pense à Céline en particulier, on utilise la grosse artillerie.

Hemingway a, quant à lui, reçu le Prix Nobel de littérature, en 1954. Dix ans après les faits dont il est question ici.

17:29 Écrit par Hermes007 | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Royal ce moment passez en votre agence, un enorme compliment et felicitation. Merci enormément pour cette lecture.

Écrit par : site paris sportifs | 27/05/2014

Il est exceptionnelle votre blogue, rapide, pratique, il l'aime bien, est ce que l'élaboration d'un comme blog est gratuite ?

Écrit par : cote france honduras | 15/06/2014

Les commentaires sont fermés.