04/05/2008

Formatage

Ecrire à quoi bon ? La réalité en est-elle transfigurée pour autant ? Vivre à quoi bon si tout n’est qu’illusion ?
La philosophie, les religions nous invitent à redoubler d’ardeur.
Pourtant, même poursuivre les rêves, les fantasmes, essouffle.

Et tout ce qui nous encourage à persévérer dans cette course folle est une construction arc-boutée sur quelques convictions et communes manipulations.

Qu’est-ce qu’un acte héroïque, une défaite cinglante, un amour lumineux sinon une représentation, un format auquel on acquiesce par convention.

Je suis formaté donc je suis.

Recevoir un prix, publier un livre, atteindre un cap professionnel, accomplir une « scélératesse » ou une « grande action », parvenir à faire l’amour avec une femme convoitée forment des « justifications » de notre formatage.

Pendant qu’en dessous, au-dessus, à côté se meuvent, instables et tourbillonnantes, les virtualités, les autres justifications de rechange.

22:07 Écrit par Hermes007 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Ouh la la mais c'est du pur spleen tout ça!

Écrit par : Sylvie | 06/05/2008

Les commentaires sont fermés.