14/06/2008

Propagande européenne

La construction européenne est apparue dans un premier temps crédible et justifiée car on partait d’un point zéro du continent, une situation de reconstruction absolue après les désastres de la deuxième guerre mondiale et dans un contexte dominé par la guerre froide consécutive.
L’Europe de l’Ouest faisait partie d’un bloc occidental qu’il fallait organiser, structurer et encadrer sous l’égide américaine (corollaire du « partage du monde » effectué à Yalta).

La construction européenne allait de pair, dès lors, avec l’amélioration des conditions de vie, du pouvoir d’achat, du bien-être personnel et s’inscrivait dans une courbe vertueuse. Avec aussi un objectif essentiel de pacification des peuples, après les deux terribles guerres civiles européennes.

Bien que figurant comme la cinquième roue du carrosse, l’Europe « sociale » bénéficiait malgré tout de quelques retombées dans une construction européenne dominée par la course à la productivité, aux restructurations, au « tout marché ».

Mais avec l’irruption, dès les années ’70, de la « crise » économique — qui n’a pas empêché les gains de productivité de se poursuivre — et, dans les années suivantes, du processus de mondialisation — qui prône le libéralisme le plus effréné et entraîne les normes sociales vers le bas —, le discours européen apparaît pour ce qu’il est désormais : une propagande déconnectée de la réalité.

La construction européenne sert de prétexte ou de couverture à tout autre chose qu’au bien-être des gens : dérégulations en tous genres, délocalisations, démantèlement de la sécurité sociale, liquidation des identités culturelles, effacement du concept d’Etat, surpouvoir concédé aux lobbies et plus généralement aux puissances financières et industrielles…
De plus, l’Europe n’a pas su empêcher la guerre au cœur même du continent.

Pas étonnant, dès lors, que s’expriment des opinions « sacrilèges » (en France, aux Pays-Bas, en Irlande aujourd’hui) par rapport au discours européen standard martelé haut et fort et en continu — discours qui ressemble à un disque rayé et qui sonne faux.

17:21 Écrit par Hermes007 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.