12/09/2008

« Caution wet floor »

caution wet floor 1

Le rouleau compresseur de l’hégémonie linguistique anglo-américaine se traduit aussi dans des éléments de détails quotidiens.

S’il y a quelques décennies, ajouter l’un ou l’autre mot anglais dans les publicités pouvait apporter un élément d’exotisme et de « modernisme », désormais les marques sont associées à des slogans édictés directement en anglais et transmis tel quels, par écrit ou oralement.

Cette situation invasive peut être constatée dans de nombreux autres domaines : titres de livres et de films, notices techniques. On ne prend même plus la peine de les traduire.

Il n’est pas jusqu’à la gare de Tournai — ville pourtant réputée francophonissime et fière de son identité picarde — qui n’apporte une contribution mineure dont je peux témoigner.

A l’occasion de travaux de nettoyage dans les passages souterrains qui mènent aux voies, à côté du ruban qui délimite la zone de travail on peut trouver un panneau sur lequel est indiqué, en langue anglaise uniquement : « Caution wet floor ».

Pourquoi pas la même mention uniquement en lingala, en swahili ou en persan ?

Je peux apprécier un panneau multilingue pour sa valeur pédagogique. Mais un panneau unilingue anglais dans un bâtiment de service public ! Décidément, tout fout le camp !

Bien entendu, le problème ce ne sont pas les mots en eux-mêmes car les échanges linguistiques ont existé depuis la nuit des temps, mais dans le cas de l’anglo-américain, le caractère massif, unilatéral et hégémonique de son influence.

Un peu comme si le mot d’ordre suivant avait été érigé en loi d’airain dans notre monde contemporain : « en dehors de l’anglais, point de salut ! »

Ceci étant dit, il convient tout de même de noter que le mot « caution » provient de l’ancien français, issu lui-même du verbe latin « cavere », faire attention. « Cave canem », précisait-on devant les habitations à Pompéi pour indiquer au passant de prendre garde au chien qui gardait la maison.

00:17 Écrit par Hermes007 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.