11/01/2009

La méprise

Par la simple vertu d’avoir créé des œuvres (définies parfois « immortelles » ou «  sublimes »), depuis toujours les artistes ont bénéficié d’un prestige tel qu’on a pu les considérer comme les messagers des « dieux ».

Pourtant, à y regarder de près, l’écart entre la perfection de leurs œuvres et les qualités humaines de leur vie se révèle souvent aussi grand que pathétique ou tragique.
Hélas, les artistes n’ont rien de plus à dire que n’importe qui. C’est précisément la grande méprise.
En quoi une œuvre peut-elle donner une quelconque priorité, définir une quelconque supériorité ?

L’origine de la méprise provient du fait que chacun d’entre nous cherche à donner un « sens » à la vie, à l’existence.
C’est justement ce « donner sens », bien encombrant, qui pose problème aussi.

Car ce qui est valable pour les artistes (au sens commun du terme) l’est également, mais avec des conséquences bien plus gravissimes, pour les « créateurs » du domaine politique ou religieux.
Dans ce cas, leurs œuvres peuvent acquérir une sombre résonance susceptible de modeler, sinon de contraindre, des millions de gens à la vie, à la mort.

18:04 Écrit par Hermes007 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.