26/01/2009

Démocrite et Platon

janus bifrons

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’éternelle question du « dehors » et du « dedans », de l’esprit et de la matière reste, quoi qu’en en dise, en suspens.

De la relation entre ces deux entités surgit la responsabilité aussi bien que le hasard, la nécessité ou encore la volonté.
La matière nous façonne, nous conditionne, nous entraîne, parfois nous malmène, nous donne le vertige. Idem de la part de l’esprit.

Véritable Janus bifrons, notre réalité n’est pas sécable.
Le dedans et le dehors figurent comme l’avers et le revers d’une même pièce.

Et même la « virtualisation » de la vie n’y changerait rien. Car ce processus relèverait simplement de l’« allègement » de la matière.
Une distinction se perpétuerait entre l’« idée » et la « mise en œuvre », à savoir sa formalisation.

Match nul entre Démocrite et Platon.

23:10 Écrit par Hermes007 | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Et si tout ça n'etait que deux morceaux d'un même hologramme.
" Le flou quantique réfute l'idée d'un univers totalement déterministe " affirme le "moine" biologiste Mathieu Ricard.

Écrit par : fabrice | 26/02/2009

Merci pour votre mot, Fabrice.
J'y apporte une réponse dans un nouveau post : Démocrite et Platon, encore (en réponse à Fabrice).

Écrit par : Hermes007 | 04/03/2009

Les commentaires sont fermés.