26/01/2009

Démocrite et Platon

janus bifrons

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’éternelle question du « dehors » et du « dedans », de l’esprit et de la matière reste, quoi qu’en en dise, en suspens.

De la relation entre ces deux entités surgit la responsabilité aussi bien que le hasard, la nécessité ou encore la volonté.
La matière nous façonne, nous conditionne, nous entraîne, parfois nous malmène, nous donne le vertige. Idem de la part de l’esprit.

Véritable Janus bifrons, notre réalité n’est pas sécable.
Le dedans et le dehors figurent comme l’avers et le revers d’une même pièce.

Et même la « virtualisation » de la vie n’y changerait rien. Car ce processus relèverait simplement de l’« allègement » de la matière.
Une distinction se perpétuerait entre l’« idée » et la « mise en œuvre », à savoir sa formalisation.

Match nul entre Démocrite et Platon.

23:10 Écrit par Hermes007 | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

11/01/2009

La méprise

Par la simple vertu d’avoir créé des œuvres (définies parfois « immortelles » ou «  sublimes »), depuis toujours les artistes ont bénéficié d’un prestige tel qu’on a pu les considérer comme les messagers des « dieux ».

Pourtant, à y regarder de près, l’écart entre la perfection de leurs œuvres et les qualités humaines de leur vie se révèle souvent aussi grand que pathétique ou tragique.
Hélas, les artistes n’ont rien de plus à dire que n’importe qui. C’est précisément la grande méprise.
En quoi une œuvre peut-elle donner une quelconque priorité, définir une quelconque supériorité ?

L’origine de la méprise provient du fait que chacun d’entre nous cherche à donner un « sens » à la vie, à l’existence.
C’est justement ce « donner sens », bien encombrant, qui pose problème aussi.

Car ce qui est valable pour les artistes (au sens commun du terme) l’est également, mais avec des conséquences bien plus gravissimes, pour les « créateurs » du domaine politique ou religieux.
Dans ce cas, leurs œuvres peuvent acquérir une sombre résonance susceptible de modeler, sinon de contraindre, des millions de gens à la vie, à la mort.

18:04 Écrit par Hermes007 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/01/2009

D’un seul bloc

Le froid piquant qui s’insinue partout me rend complètement K.O. et dans la rue j’ai comme l’impression d’être absolument congelé et de marcher d’un seul bloc.

Si je tombais sur le trottoir, est-ce que mon corps se casserait d’un coup en mille morceaux ?

23:02 Écrit par Hermes007 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/01/2009

Heureuse année 2009 !

A tous les visiteurs de ce blog j'adresse mes meilleurs voeux pour une heureuse année 2009 !

20:59 Écrit par Hermes007 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |