17/10/2009

Barrières des mondes

Je ferme les yeux et tout s’estompe
Mon corps lui-même ses frontières
Deviennent poreuses d’abord
Ensuite elles disparaissent
Reste la conscience
Prête elle-même à disparaître
Présage du néant

Est-ce là l’illusion
Dont parlent les poètes ?

Les barrières des mondes
N’auraient donc
Que l’épaisseur des paupières ?

23:08 Écrit par Hermes007 | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

voilà pourquoi je médite, merci pour ces belles paroles

Écrit par : marie-astrid | 19/10/2009

Les commentaires sont fermés.